Protection dans les régions d’origine

La Suisse œuvre à la protection et à l’intégration durable des réfugiés, des personnes déplacées et des migrants dans les régions de premier accueil et le long des routes migratoires.

Selon les estimations de l’ONU, il existait en 2019 plus de 26 millions de réfugiés et quelque 46 millions de personnes déplacées dans le monde, parmi lesquels un grand nombre d’enfants et d’adolescents. À ces personnes s’ajoutent un nombre indéterminé de migrants et migrantes.

Près des trois quarts de ces réfugiés se trouvent en Afrique, en Amérique latine, en Asie, au Proche-Orient et au Moyen-Orient, fréquemment dans des pays en développement qui ne disposent pas des capacités suffisantes pour accueillir un grand nombre de réfugiés, leur garantir une protection efficace et les intégrer durablement.

Lorsque les réfugiés et les migrants ne trouvent pas suffisamment de soutien dans les pays de premier accueil, ils sont souvent contraints de poursuivre leur route vers d’autres régions ou pays, généralement dans des conditions périlleuses. Ils risquent d’être victimes de la traite d’êtres humains ou d’autres violations des droits de l’homme, ou encore de devoir recourir aux services de passeurs.

Migrants et migrantes disparus

Chaque année, des milliers de migrants tentent de rejoindre l’Europe en traversant la Méditerranée. Nombreux sont ceux qui meurent ou disparaissent lors de cette tentative. Selon l’OIM, au moins 1885 personnes ont perdu la vie ou disparu pendant leur traversée en 2019. À ce chiffre s’ajoutent probablement un grand nombre de décès et de disparitions non signalés. Outre le CICR et l’OIM, la Suisse soutient en particulier la Commission internationale pour les personnes disparues (International Commission on Missing Persons, ICMP) en vue de la création, dans la région méditerranéenne, d’un mécanisme de coopération portant aussi bien sur l’adoption de mesures de prévention que sur la recherche et l’identification de migrants décédés ou disparus.

Interactions entre les conflits, la promotion de la paix et la migration

Les conflits armés, la fragilité et les violations systématiques des droits de l’homme sont à l’origine de migrations et de déplacements forcés qui, à leur tour, ont des répercussions sur nombre de conflits et de dynamiques de transformation des conflits.

La Suisse veille à ce que ses programmes et instruments de promotion de la paix mettent à profit ces liens pour réduire les causes de la migration forcée et atténuer les effets négatifs des mouvements migratoires sur la stabilité et la sécurité.