Le DFAE déclare « persona non grata » l’ambassadrice de Syrie

Berne, Communiqué de presse, 29.05.2012

Prise de position du DFAE

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a décidé le 29 mai 2012 de déclarer « persona non grata » l’ambassadrice de Syrie accréditée en Suisse avec résidence à Paris, Mme Lamia Chakkour.

Le DFAE a envoyé une note diplomatique au ministère des affaires étrangères syrien pour l’informer de cette décision.

La Suisse entend ainsi protester contre les violations systématiques des résolutions no 2042 (2012) et 2043 (2012) du Conseil de sécurité de l’ONU et contre la mise en œuvre insuffisante du plan en six points de l’envoyé spécial de l’ONU, M. Kofi Annan.

Cette décision se fonde sur l’article 9 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

La Suisse a par ailleurs condamné le 27 mai 2012 le massacre de Houla et demandé l’ouverture d’une enquête internationale.

De manière générale, la Suisse a condamné à plusieurs reprises avec la plus grande fermeté les violations des droits de l’homme commises en Syrie. Elle a également appelé les autorités syriennes à mettre immédiatement fin à l'usage de la violence et à la répression contre la population civile, et à prendre des mesures pour que les personnes responsables soient poursuivies devant la justice. La Suisse a aussi demandé aux autorités syriennes de permettre aux acteurs humanitaires d’accéder aux populations affectées et de pouvoir travailler sans entraves.

La Suisse réitère son soutien au plan établi par l’envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, qui est seul à même de mettre fin pacifiquement à la crise syrienne. La Suisse exige que le gouvernement syrien mette immédiatement en œuvre tous les éléments du plan.

Sur le plan multilatéral, que ce soit à l’Assemblée générale de l’ONU ou au Conseil des droits de l’homme, la Suisse s’engage pour que les auteurs présumés des violations des droits de l’homme commises lors des affrontements en Syrie ne demeurent pas impunis. 

Concernant les sanctions, la Suisse a édicté le 18 mai 2011 une ordonnance instituant des mesures à l’encontre de la Syrie. La Suisse s’est ainsi ralliée aux sanctions prononcées le 9 mai 2011 par l’Union européenne à l'encontre de la Syrie. Les sanctions suisses ont été régulièrement adaptées à celles de l’UE et touchent les domaines suivants : embargo sur le matériel de guerre ; interdictions concernant le pétrole et les produits pétroliers ; gel des avoirs et des ressources économiques ; restrictions de déplacement. La Suisse décide de manière autonome si elle reprend les mesures de sanctions de l’UE. Jusqu’à présent la Suisse a adopté toutes les sanctions de l’UE à l’encontre de la Syrie, la dernière fois le 19 avril 2012.

En signe de protestation contre les violences inacceptables infligées à la population syrienne, l’ambassadeur de Suisse à Damas a été rappelé à Berne pour consultation le 18 août 2011 déjà. L’ambassade a été fermée fin février 2012 pour des raisons de sécurité.


Informations complémentaires

La Suisse demande une enquête sur le massacre de Houla en Syrie


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères