Stratégie antimines de la Confédération suisse 2012-2015

Berne, Communiqué de presse, 04.04.2012

La Confédération vient de définir sa stratégie en matière de déminage humanitaire pour les années 2012-2015. Chaque année, 16 millions de francs financent des projets et des détachements d’experts dans le but d’éradiquer mines antipersonnel, armes à sous-munitions et autres restes explosifs de guerre.

À l’occasion de la Journée internationale de la sensibilisation au problème des mines et de l’assistance à la lutte antimines, le 4 avril, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) publient aujourd’hui la stratégie de la Confédération en matière de déminage humanitaire pour les années 2012-2015. 

Si, ces deux dernières décennies, des progrès notables ont été accomplis, il n’en demeure pas moins que chaque année, les mines, armes à sous-munitions et des restes explosifs de guerre font de nouvelles victimes. Dans les anciennes zones de conflits, des populations entières subissent encore les répercussions de l’usage de ces armes. Ces reliquats de guerre font obstacle au développement économique et social, mettent en danger des millions d’individus et empêchent le retour des personnes déplacées, favorisant l’instabilité et le développement de nouveaux conflits.  

Depuis les années 1990, la Suisse œuvre activement pour faire respecter les instruments internationaux d’interdiction de ces armes. Pour la troisième fois consécutive, la Confédération suisse publie sa Stratégie antimines. Cette troisième édition présente non seulement l’action de la Suisse mais également ses résultats. Ainsi, c’est entre autres grâce à l’aide de la Suisse que des pays comme l’Albanie et le Burundi sont maintenant entièrement déminés. La Suisse a contribué de manière décisive à améliorer les conditions de vie des populations dans des régions et des pays qui ont été le théâtre de conflits, tels la Colombie, le Niger, le Laos, la Libye, la Corne de l’Afrique et l’Europe du Sud-Ouest. 

Le Centre international de déminage humanitaire de Genève (CIDGH) bénéficie chaque année d’un soutien de près de 16 millions de francs pour financer le détachement d’experts et la réalisation de projets concrets dans les pays touchés. Le DFAE s’engage sur le plan politique, notamment au travers d’initiatives de sensibilisation aux dangers des mines, de projets d’aide aux victimes et d’opérations de déminage. Le DDPS met des experts en programmes de déminage à disposition des organisations internationales, comme l’ONU. La Suisse est également active au sein des organes politiques multilatéraux compétents et contribue à ce que les États parties respectent leurs obligations de manière plus efficace et effective. 

La stratégie publiée aujourd’hui est l’expression de la solidarité de la Suisse avec les victimes et de sa volonté de poursuivre son action, sur les plans politique et pratique, dans l’espoir de connaître un jour un monde sans mines, armes à sous-munitions ni restes explosifs de guerre. 


Pour plus d'informations:

Information DFAE
Tél. : 031 322 31 53

Communication DDPS
Tél. 031 324 88 75


Informations complémentaires

Mines
Les séquelles des conflits passés rendent la reconstruction impossible
Déminage humanitaire
Centre international de déminage humanitaire, Genève
Convention sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert de mines antipersonnel et sur leur destruction
The Convention on Cluster Munitions – CCM
La Campagne internationale pour interdire les mines
Colorado Mountain Club
Landmine and Cluster Munition Monitor


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères
Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports