Publication du rapport de politique extérieure

Berne, Communiqué de presse, 02.02.2012

Le rapport de politique extérieure 2011 vient de paraître, après approbation par le Conseil fédéral. Il donne une vue d'ensemble de la politique étrangère suisse et des principales réalisations de l'année écoulée. Le rapport met en outre un accent particulier sur les bouleversements dans le monde arabe et sur leur importance pour la Suisse.

L'un des principaux événements de l'année sous revue a été le printemps arabe. Dans le sillage des émeutes d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, les pays concernés ont vu l’apparition de nouvelles chances, mais également de nouveaux défis. Les rapports de force régionaux et les alliances traditionnelles ont été modifiés. Pour la Suisse, cette région revêt une importance particulière du point de vue économique, financier, énergétique et sécuritaire ainsi que sur le plan de la politique migratoire. Afin de faciliter la transition démocratique des États concernés, la Suisse a renforcé son engagement dans cette région de manière substantielle. Ses domaines prioritaires sont l’aide humanitaire, le soutien au processus de démocratisation, le développement économique et la coopération dans le domaine migratoire. 

Le rapport présente en outre les priorités géographiques, multilatérales et thématiques de la politique extérieure helvétique en 2011. Située au cœur de l’Europe, la Suisse est, par essence, étroitement liée aux événements qui la marque. Les grandes problématiques auxquelles l’Union européenne (UE) est confrontée, notamment dans le domaine de l’endettement et de la migration, n’épargnent pas notre pays. Face au développement de l’intégration européenne, la Suisse se doit de suivre les événements dans l’Union d’un œil attentif et de se positionner en conséquence. L’an dernier, elle a par conséquent continué d’entretenir des relations étroites avec ses voisins et avec les pays d’Europe de l’Est.  

Sur le plan mondial, la montée en puissance politique et économique des pays émergents se poursuit, notamment en Asie. La Suisse a donc encore resserré ses liens avec des partenaires extra-européens de taille, comme la Chine, l’Inde et le Japon, mais également les États-Unis, le Brésil et l’Afrique du Sud. 

Par ailleurs, des organisations multilatérales, comme les Nations Unies, le G20, le FMI et l’OCDE ont encore gagné en importance, compte tenu de la complexité et des interdépendances croissantes des enjeux planétaires. Au sein de ces forums, la Suisse fait entendre sa voix sur des questions aux implications mondiales et régionales et contribue à trouver des solutions propres à susciter l’adhésion du plus grand nombre. 

Enfin, le rapport fait état des solutions proposées par la Suisse en matière de politique économique et financière, de sécurité humaine et de migration, de coopération au développement, de contrôle de l’armement, ainsi que sur le plan de la politique de désarmement et de non prolifération, de l’environnement, des transports, de l’énergie, de la santé, de la formation, de la recherche et de l’innovation. Dans son action, la Suisse est consciente du caractère global de la plupart des problématiques actuelles de politique extérieure, qui ne sauraient être résolues sans la conjonction des forces de toute la communauté internationale.


Informations complémentaires

Rapport sur la politique extérieure 2011


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères