Assemblée annuelle 2011 du FMI et de la Banque mondiale

Berne, Communiqué de presse, 22.09.2011

La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf, cheffe de la délégation suisse, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, et Philipp Hildebrand, président de la direction générale de la Banque nationale suisse (BNS), participeront les 23 et 24 septembre 2011 à l'assemblée annuelle organisée conjointement par le Fonds monétaire international (FMI) et le groupe de la Banque mondiale à Washington. Les discussions du Comité monétaire et financier international (CMFI) porteront principalement sur la situation économique mondiale et le futur rôle du FMI au sein du système financier et monétaire international. Quant au Comité du développement, il débattra en priorité de l'importance du marché de l'emploi pour la promotion de la croissance, de l'évaluation de l'efficacité de l'aide apportée par la Banque mondiale ainsi que de l'édition 2012 du rapport sur le développement dans le monde, rapport qui sera consacré à l'égalité entre hommes et femmes.

A l'heure actuelle, le FMI prévoit encore une reprise modérée de l'économie mondiale, soit une croissance de 4 %. Les pays émergents ou en développement enregistrent une croissance du produit intérieur brut (PIB) de près de 6,5 %, contre 1,7 % environ pour les pays industrialisés. Les risques dits négatifs ont cependant fortement augmenté ces dernières semaines. L'aggravation de la crise de la dette a notamment détérioré la base de capital d'une partie des banques européennes au point que, selon le FMI, il est urgent de recapitaliser ces banques, si possible par des moyens financiers privés et sinon par des moyens étatiques. L'endettement élevé et la mauvaise situation économique aux Etats-Unis et dans la zone euro ont aussi de plus en plus de conséquences négatives sur les pays émergents. Malgré de grandes disparités entre eux, ces pays assistent aussi à une dégradation de leurs finances publiques, qui étaient jusqu'à présent soutenues par d'importants apports de capital et par le prix élevé des matières premières. Dans certains cas, des déficits budgétaires sont attendus pour 2012.

La crise de la dette entraîne également un réexamen du rôle, et notamment des moyens financiers et des instruments, du FMI, dans la gestion et la prévention des crises.

Le Comité du développement se penchera quant à lui sur l'importance du marché de l'emploi pour la promotion de la croissance. La crise financière et économique mondiale a en effet montré que la croissance économique à elle seule ne suffit pas pour réduire la pauvreté et augmenter la prospérité de la population. Le Comité du développement abordera aussi l'édition 2012 du rapport sur le développement dans le monde qui comprendra des recommandations visant à promouvoir l'égalité économique et sociale entre hommes et femmes. Le rapport affirme que l'égalité entre hommes et femmes contribue au développement et à la croissance de l'économie et qu'elle doit donc être reconnue comme un objectif de développement.

Enfin, le Comité du développement évaluera le nouveau système permettant de mesurer l'efficacité de l'aide apportée par la Banque mondiale.


Contact

Mario Tuor, responsable de la communication du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI), tél. +41 31 322 46 16

Raymond Furrer, responsable du domaine Coopération multilatérale, Secrétariat d'Etat à l'économie, tél. +41 31 324 08 19

Olivier Chave, chef de la division Institutions globales, Direction du développement et de la coopération, tél. +41 31 322 86 09


Editeur:

Conseil fédéral
Département fédéral de l
Département fédéral des affaires étrangères
Département fédéral des finances