De la semence à la crédence – Voies d’accès à un système alimentaire mondial durable

Berne, Communiqué de presse, 15.09.2010

Prévu en septembre à New York, le Sommet sur les objectifs du Millénaire pour le développement sera l’occasion de dresser un bilan de leur réalisation. Un fait est certain : actuellement, plus d’un milliard d’êtres humains souffrent de la faim. Le monde est encore loin de pouvoir garantir le droit à l’alimentation pour tous. Mais il existe des voies d’accès à un système alimentaire mondial durable, qui offre aussi aux pays pauvres des perspectives de développement. Dans le cadre de la Conférence annuelle de la DDC et du SECO, organisée le 20 août 2010 à Bâle, la Conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, le Secrétaire d’État Jean-Daniel Gerber, le Directeur de la DDC Martin Dahinden et différents intervenants suisses et étrangers ont examiné les problèmes liés à l’approvisionnement alimentaire et évoqué des pistes de solution.

L’agriculture, qui joue un rôle économique important pour les pays en développement, est un secteur particulièrement sensible aux changements climatiques. Comment les gens se nourrissent-ils aujourd’hui et comment se nourriront-ils demain, vu les changements environnementaux mondiaux ? Comment la production et le commerce de denrées alimentaires peuvent-ils contribuer à lutter contre la pauvreté dans le monde ? Quelle contribution les organisations d’aide au développement, le secteur privé et la société civile peuvent-ils apporter? Ces questions fondamentales sur la sécurité alimentaire ont été abordées lors de la Conférence annuelle de la Direction du développement et de la coopération (DDC) et du Secrétariat d’État à l’économie (SECO).  

Dans son discours d’ouverture, la Ministre des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey a rappelé la nécessité de joindre les efforts et de travailler en commun à la résolution des problèmes liés à la faim et la pauvreté : « Les pays industrialisés et les pays en développement ont pour tâche commune de lutter contre la pauvreté et de garantir la sécurité alimentaire, avec toutefois des degrés de responsabilité divers ». Dans leur combat quotidien pour la survie, les pauvres dépendent directement des ressources naturelles et sont particulièrement vulnérables face aux changements environnementaux. Mme Micheline Calmy-Rey a plaidé en faveur d’une agriculture multifonctionnelle dans les pays du Sud, un système dans lequel les familles de petits paysans jouent un rôle central pour résoudre le problème de la faim et améliorer les conditions de vie. 

Au cours d’une discussion, le Directeur du SECO Jean-Daniel Gerber et le Directeur de la DDC Martin Dahinden ont approfondi la question du rôle de la coopération suisse au développement dans la construction d’un système alimentaire mondial durable. L’impact de la coopération au développement a en particulier été évoqué. Le développement des forces productives des populations pauvres ainsi que les investissements dans l’innovation, la technologie, le conseil et les infrastructures revêtent une grande importance. Depuis de longues années, la DDC mène avec succès des programmes de développement rural qui ont pour objet d’augmenter la productivité et d’améliorer la sécurité alimentaire. D’après le Directeur de la DDC Martin Dahinden, « les petits paysans doivent avoir la possibilité de renforcer leurs capacités, d’améliorer leurs connaissances et d’accéder plus facilement aux ressources et aux marchés importants ».  

La DDC s’engage pour que la coopération au développement et la recherche internationales soient plus en phase avec les besoins des populations pauvres, comme l’a indiqué M. Martin Dahinden. Le SECO œuvre à tous les niveaux, de la production à la consommation en passant par le commerce, en faveur d’une intégration durable des pays en développement dans le système alimentaire mondial. M. Jean-Daniel Gerber a indiqué que « la promotion, dans l’agriculture d’exportation, de normes de durabilité adoptées sur une base volontaire peut jouer un rôle positif. L’application de ces normes permet aux producteurs d’accéder plus facilement aux marchés et contribue à l’augmentation des possibilités de travail et des revenus ». 

Les quelque 2100 participants à la conférence ont pu se faire une idée des divers facteurs qui influencent le système alimentaire actuel. Parmi les intervenants, M. Ousseini Salifou, de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a évoqué entre autres le potentiel de la politique agricole régionale en Afrique occidentale. Mme Marianne Bänziger, responsable de la recherche au Centre international d’amélioration du maïs et du blé, a parlé du rôle de la recherche agricole. M. Daniele Giovannucci, du Committee on Sustainability Assessment (COSA), a présenté les opportunités et les risques liés à l’intégration au marché mondial. Les participants ont en outre pu assister à une discussion avec M. Bernard Njonga, représentant des consommateurs d’Afrique de l’Ouest, ainsi qu’à un débat avec des experts suisses et étrangers.  

Contacts et renseignements:  

SECO: Markus Spörndli, +41 (0) 31 324 09 10, +41 (0)79 232 98 12, markus.spoerndli@seco.admin.ch

DFAE: Georg Farago, +41 (0)31 323 11 28, +41 (0)79 301 70 35, georg.farago@eda.admin.ch  


Informations complémentaires

Dossier Sécurite alimentaire
Dossier Conférence annuelle de la Coopération au développement 2010


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: (+41) 031 322 31 53
Fax: (+41) 031 324 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères
Département fédéral de l