La Suisse demande l’adoption d’un plan d’action en faveur du désarmement nucléaire

Berne, Communiqué de presse, 04.05.2010

La Suisse appelle les Etats signataires du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) à adopter un plan d’action en faveur du désarmement nucléaire. De manière générale, les armes nucléaires ne devraient plus être considérées comme légitimes.

Lors de l’ouverture de la 8ème conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) lundi 3 mai 2010 à New York, la Conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), a exhorté les Etats parties à ne pas négliger les engagements contenus dans le Traité. Mme Calmy-Rey a déclaré « le TNP est aujourd’hui à la croisée des chemins. La vision d’un monde sans armes nucléaires, comme celle d’un monde capable d’utiliser l’énergie nucléaire de manière responsable, est du domaine du possible ».   

Dans son discours, la cheffe de la diplomatie suisse a mis l’accent sur le désarmement nucléaire, qui est resté «le parent pauvre parmi les trois piliers du TNP». Elle a déclaré notamment que l’arme nucléaire était inutilisable et immorale, et que son utilisation violait les règles du droit international humanitaire. Elle a évoqué les résultats, encore modestes, des développements survenus récemment sur les dossiers nucléaires et rappelé la nécessité d’intensifier les efforts.  

Mme Calmy-Rey a demandé à la conférence d’examen d’adopter un plan d’action destiné à faire avancer le désarmement nucléaire de façon «concrète, progressive et pragmatique». Elle a souligné la nécessité de mener une réflexion sur la légitimité même de l’emploi de l’arme nucléaire et indiqué qu’il s’agissait pour la Suisse de «ramener la composante humanitaire au cœur du débat actuel sur le désarmement nucléaire». Elle a en outre exprimé son soutien en faveur de la proposition du Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon d’interdire les armes nucléaires au moyen d’une nouvelle convention. 

Dans le domaine de la prolifération nucléaire, la Ministre suisse des affaires étrangères attend de la conférence qu’elle apporte son soutien au travail de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et qu’elle réfléchisse à la façon de faire respecter le système de garanties de l’AIEA et de le rendre moins sujet à des remises en cause.  

Enfin, la cheffe du DFAE a mis en évidence les défis auxquels se voit confronter la communauté internationale entre, d’un côté, les prétentions de nombreux pays à utiliser le nucléaire à des fins civiles et, de l’autre, les risques de prolifération qui en découlent.  

La 8ème conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires se déroule à New York du 3 au 28 mai 2010. 


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: (+41) 031 322 31 53
Fax: (+41) 031 324 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères