Rencontre entre la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey et Mme Catherine Ashton, haute représentante de l’UE

Berne, Communiqué de presse, 24.03.2010

La conseillère fédérale Mme Micheline Calmy-Rey a rencontré le mercredi 24 mars à Bruxelles Mme Catherine Ashton, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne. Il s’agit de la première rencontre officielle avec Mme Ashton depuis l’entrée en fonctions de cette dernière. Les discussions ont porté sur les relations bilatérales entre la Suisse et l’UE, divers sujets internationaux et le conflit avec la Libye.

Depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, Mme Catherine Ashton est en charge des relations extérieures de l’UE et constitue à ce titre un interlocuteur de premier ordre pour la Suisse.

Cette rencontre a permis de faire le point sur les relations bilatérales entre la Suisse et l’UE. La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey et la haute représentante Catherine Ashton ont réaffirmé le partenariat étroit et mutuellement avantageux qui unit les deux parties et qui repose sur quelque 120 accords bilatéraux. L’UE est de loin le principal partenaire économique de la Suisse, tandis que la Suisse est le deuxième marché d’exportation pour les produits de l’UE. La coopération bilatérale s’étend aussi à d’autres domaines politiques comme l’éducation, la recherche, la sécurité, la justice, la police et la politique des visas, l’environnement et la culture.

Il a également été question des défis qui se posent sur la voie bilatérale commune : l’UE est de plus en plus demandeuse d’une coopération fondée sur l’acquis communautaire et d’un engagement à reprendre les développements du droit communautaire. Le but de la Suisse est de conserver une marge suffisante d’autonomie décisionnelle.

Pas de reprise automatique du droit communautaire

« Il est incontestablement aussi dans l’intérêt de la Suisse que les accords soient adaptés de manière efficace à l’évolution des besoins », a souligné la conseillère fédérale Mme Calmy-Rey : « Mais il est hors de question que les développements du droit communautaire soient repris automatiquement ». Elle a en outre relevé que la Suisse devait également accroître ses contacts politiques avec le Parlement européen, qui a vu ses compétences renforcées par le traité de Lisbonne, en ce qui concerne les relations avec les pays tiers.

Divers sujets internationaux ont été évoqués à l’occasion de cette rencontre, parmi lesquels figuraient la question iranienne, la situation dans le Caucase du Sud et le conflit du Proche-Orient. Mme Calmy-Rey a parlé notamment des travaux menés par la Suisse en vue de l’organisation d’une conférence des Hautes Parties contractantes de la quatrième Convention de Genève. Dans le sillage du rapport Goldstone sur la guerre de Gaza publié par l’ONU, la Suisse a été chargée d‘entreprendre les mesures et les consultations nécessaires pour la convocation d’une telle conférence.

Problèmes avec la Libye

Les problèmes entre la Suisse et la Libye ont également été abordés. La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey a rappelé que le ressortissant suisse Max Göldi est retenu en Libye depuis plus d’un an et demi. Il est séparé de sa famille et de ses amis depuis 19 mois et a été replacé en détention le 22 février dernier. Les efforts de la Suisse visent en priorité à assurer le retour de Max Göldi dans son pays en toute sécurité.

« La Suisse a toujours honoré les engagements qu’elle a pris envers la Libye dans le cadre des accords conclus à ce jour », a indiqué Micheline Calmy-Rey. « Elle reste disposée à négocier et elle est soucieuse de trouver une solution constructive par les moyens diplomatiques ».

Dans le cadre de la médiation de l'Union européenne (UE), le Conseil fédéral est prêt à lever dans les meilleurs délais la liste instituant une interdiction d'entrée et de transit sur territoire suisse pour certaines catégories de ressortissants libyens. Il attend que la Libye lève également sa liste d'interdiction d'entrée des citoyens de l'espace Schengen en Libye.

L'objectif de la Suisse reste la libération de M. Max Göldi. Pour ce faire, la Suisse est prête à continuer à négocier sur la base des propositions des deux médiateurs européens.


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: (+41) 031 322 31 53
Fax: (+41) 031 324 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères