Rapport du Conseil de l’Europe sur le Kosovo : la Suisse exige des mesures juridiques

Berne, Communiqué de presse, 17.12.2010

Le rapport rédigé par Dick Marty pour le Conseil de l’Europe sur le traitement inhumain de personnes et le trafic illicite d’organes au Kosovo contient de graves accusations, reposant sur de nombreux indices et témoignages. Le DFAE appelle les États concernés, notamment le Kosovo, à contribuer à faire toute la lumière sur ces accusations. Les autorités compétentes, y compris à l’échelon international, doivent prendre des mesures juridiques pour apporter des preuves. Le DFAE met à la disposition de la mission EULEX des experts suisses, qui travaillent notamment dans le groupe chargé d’enquêter sur les crimes de guerre. Le DFAE attend de la mission EULEX qu’elle fasse avancer ses enquêtes.

La Suisse soutient de longue date les efforts déployés dans le domaine du travail de mémoire et tout particulièrement ceux visant à élucider les nombreux cas de personnes disparues dans le cadre des conflits en ex-Yougoslavie. Elle soutient également la lutte contre la corruption et la criminalité organisée. À cet effet, le DFAE met à la disposition de la mission EULEX (mission de l’UE visant à promouvoir l’État de droit au Kosovo) quatorze experts suisses, qui apportent leur savoir-faire dans les domaines, notamment, du travail de mémoire, des crimes de guerre, de la protection des témoins, des droits de l’homme et de la formation de la police. Ces experts travaillent principalement dans le groupe d’EULEX chargé d’enquêter sur les crimes de guerre (War Crimes Investigation Unit).

La Suisse, qui a fait de la lutte contre l’impunité l’une de ses priorités, a œuvré activement pour que le travail de mémoire soit intégré dans le plan Ahtisaari. Elle aide en outre l’unité de médecine légale, gérée conjointement par la mission EULEX et le ministère de la justice kosovar, dans ses efforts visant à faire la lumière sur le sort des personnes disparues. La conseillère fédérale et cheffe du DFAE Micheline Calmy-Rey avait déjà souligné en 2008 qu’il était primordial pour l’avenir d’une communauté politique de se confronter aux événements douloureux du passé et d’apporter aux victimes un sentiment de justice. Le travail de mémoire, la protection des minorités et la promotion de leurs droits, la mise en place d’une justice indépendante et efficace, ainsi que la lutte contre la corruption et le crime organisé sont les grands défis auxquels est confronté le jeune État du Kosovo. La clé de son avenir réside dans sa capacité à donner une assise solide à l’État de droit et à la démocratie et à garantir la protection des minorités. 

La Suisse s’engage au Kosovo dans le but de promouvoir l’État de droit, le respect des droits de l’homme, la protection des minorités, le développement socioéconomique et, plus largement, la paix et la stabilité de la région. Au vu des relations étroites qu’entretiennent la Suisse et le Kosovo et compte tenu de l’importance de la diaspora kosovare dans notre pays, il est dans l’intérêt de la Suisse de poursuivre cet engagement. La cheffe du DFAE s’est vu décerner récemment le prix de la diaspora kosovare. La remise du prix, prévue pour le mardi 21 décembre 2010, a été reportée, le moment étant en effet jugé inopportun après la publication du rapport Marty. 


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: (+41) 031 322 31 53
Fax: (+41) 031 324 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères