Rôle des religions et des visions du monde dans la politique de paix suisse

Berne, Communiqué de presse, 14.10.2010

Les religions et les visions du monde jouent un grand rôle dans beaucoup de conflits, c’est pourquoi la Suisse accorde à cette dimension une attention toute particulière dans son engagement en faveur de la paix dans le monde. Le sujet est au cœur de la conférence annuelle 2010 de la Division politique IV Sécurité humaine du DFAE jeudi à Berne. Diverses personnalités suisses et de l’étranger abordent le thème selon différentes perspectives religieuses et culturelles, échangent des expériences et discutent de nouvelles voies à explorer.

La rencontre de différentes religions et visions du monde peut produire des impulsions enrichissantes pour la société, la culture et la science, mais elle peut aussi renforcer les tensions et conflits existants. Depuis 2004, la Suisse s’efforce donc, dans le cadre de son engagement au service de la paix, d’impliquer dans les processus de paix des acteurs religieux et politiques prêts au dialogue malgré leurs visions du monde tout à fait différentes – par exemple au Tadjikistan, au Sri Lanka ou au Liban. En outre, elle apporte son expertise aux organismes internationaux, comme par exemple l’Alliance des civilisations de l’ONU. 

« Les efforts utiles et novateurs de la Suisse ont suscité des réactions favorables auprès de ses partenaires » a affirmé avec satisfaction l’ambassadeur Claude Wild, nouveau chef de la Division politique IV Sécurité humaine, dans son allocution de bienvenue. Peter Maurer, secrétaire d’Etat du DFAE, a souligné l’importance d’un dialogue ouvert et sans préjugés avec toutes les parties, même si celles-ci étaient perçues comme difficiles. « Pour établir la confiance et favoriser une cohabitation pacifique, il faut cependant que les actes suivent les paroles sous forme de projets concrets communs ». 

Jorge Sampaio, Haut représentant de l’Alliance des civilisations de l’ONU, a évoqué les conséquences politiques de la multiplicité des visions du monde et a insisté sur la nécessité de prendre celle-ci en compte dans l’intérêt d’une cohabitation pacifique. 

Le débat qui a suivi – auquel ont participé Peter Maurer, secrétaire d’Etat du DFAE, Amina Rasul Bernardo, présidente du Centre philippin pour l’islam et la démocratie, Rajmohan Gandhi, président d’Initiatives et Changement International, David Glass, ancien directeur du ministère israélien des affaires religieuses et Bob Roberts, pasteur évangélique américain – a permis d’échanger des expériences et d’explorer de nouvelles voies. 

Dans l’après-midi, au cours de trois ateliers, trois thèmes seront approfondis : le pouvoir des médias, le rôle de la société civile et la mise en pratique des connaissances théoriques.  

En conclusion, Yvette Estermann (UDC) et Ada Marra (PS), conseillères nationales, Amira Hafner-Al Jabaji, journaliste, Pieter Omtzigt, membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et l’ambassadeur Claude Wild, chef de la Division politique IV, débattront de la question de savoir comment rendre possible une cohabitation pacifique aujourd’hui et à l’avenir, en Suisse et dans le monde.


Informations complémentaires

Quand religions et visions du monde se rencontrent - Informations complémentaires


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: (+41) 031 322 31 53
Fax: (+41) 031 324 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères