Journée du Mouvement de la Croix Rouge et du Croissant rouge

Article, 08.05.2013

Le 8 mai commémore la journée mondiale du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que l’anniversaire de la naissance de son fondateur et lauréat du prix Nobel, Henry Dunant. En cette année 2013, marquée également par une série de manifestations destinées à commémorer les 150 ans du CICR, la Suisse veut rendre hommage à ses différents partenaires qui perpétuent sa tradition et son engagement humanitaires. Le Département fédéral des affaires étrangères(DFAE) saisit ainsi l’occasion du 8 mai pour souligner les excellentes relations que la Suisse entretient avec la Croix Rouge Suisse (CRS) et l’étroite collaboration qui les unit.

Reconnue par la Confédération comme unique société de la Croix-Rouge du pays, la CRS est un partenaire important et privilégié des autorités publiques dans l’accomplissement des tâches humanitaires tant au niveau national qu’au niveau international. En effet, étroitement associées, la Suisse et la CRS collaborent sur des priorités communes tant d’un point de vue opérationnel que stratégique. La CRS apporte son concours à la Suisse dans l’exercice de sa responsabilité pour fournir une assistance humanitaire et diffuser le droit international humanitaire et les Principes fondamentaux du mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. La CRS est un partenaire traditionnel de l’Aide humanitaire de la Confédération et notamment de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC)..

Ainsi, la DDC soutient la coopération internationale de la CRS dans le cadre d’une contribution de programme d’environ CHF 10 millions par an pour ses programmes de santé et de réduction des risques de catastrophes. La CRS fournit en effet chaque année une aide d’urgence humanitaire aux victimes de catastrophes naturelles et de conflits armés dans une vingtaine de pays. Pour la crise syrienne, par exemple, la DDC a collaboré avec la CRS pour fournir des kits d’hiver aux réfugiés syriens vivant dans les camps le long de la frontière turco-syrienne (mise en œuvre incombe à la Société turque du Croissant-Rouge). De plus, la DDC soutient la CRS dans le cadre d’un crédit annuel à hauteur de CHF 2,5 millions afin de renforcer sa capacité de réponse rapide en situation d’urgence ou de catastrophe à l’étranger. Par ailleurs, et tout comme l’Aide humanitaire de la Confédération, la CRS est une des organisations partenaires de la Chaîne suisse de sauvetage. Celle-ci peut compter sur la contribution de la CRS pour la fourniture et la distribution de bien de première urgence au début de l’opération. Le renforcement du rôle d’auxiliaire de la Croix-Rouge suisse vis-à-vis de la Confédération, s’illustre notamment par une complémentarité tant au niveau national qu’international.

Dans le cadre des relations spéciales qu’entretiennent l’Etat et la CRS, cette dernière s’acquitte en Suisse de tâches qui lui sont directement confiées par le Conseil fédéral, comme l’approvisionnement du pays en sang et en produits sanguins, ou le soutien du service sanitaire de l’armée. Le partenariat entre des organes publics et la CRS, qui compte plus de 70000 bénévoles et 500000 membres, va toutefois bien au-delà: les 24 associations cantonales de la Croix-Rouge travaillent elles aussi en étroite collaboration avec des services cantonaux et communaux, afin de décharger le secteur public de la santé et du social en apportant leur soutien à des individus, des familles, des proches soignants, etc. La formation d’auxiliaires de santé Croix-Rouge contribue, pour sa part, à pallier la pénurie de personnel infirmier dans le pays. En outre, en ce qui concerne l’aide à domicile destinée aux personnes âgées, l’Office fédéral des assurances sociales soutient à hauteur de 11 millions de francs par an des prestations telles que le service des transports et le système d’alarme de la Croix-Rouge.

L’Office fédéral des migrations et l’Office fédéral de la santé publique travaillent en étroite collaboration avec la CRS dans le domaine de l’intégration. D’une part, la CRS fournit des services spécifiques dans le secteur sanitaire, afin de permettre aux personnes en difficulté d’accéder, elles aussi, aux services de santé et de devenir davantage actrices de leur santé. D’autre part, elle intervient dans le secteur de l’asile, en partie sur mandat des cantons. A ce titre, elle fournit des services en faveur de demandeurs d’asile, de réfugiés reconnus et de personnes admises à titre provisoire et dispense des conseils dans le cadre de l’aide au retour. Ainsi, les pouvoirs publics et la CRS travaillent main dans la main pour que le secteur de l’asile gagne en efficacité.

Le même type de partenariat entre organes publics et CRS existe dans le domaine du sauvetage suisse. Les organisations de la Croix-Rouge actives dans ce domaine (Alliance suisse des samaritains ASS, Société suisse de sauvetage SSS, Garde aérienne suisse de sauvetage Rega, Société suisse pour chiens de recherche et de sauvetage REDOG et Société suisse des troupes sanitaires SSTS) complètent et renforcent les services de sauvetage cantonaux et communaux. Les bénévoles qui travaillent au service d’organisations de sauvetage de la Croix-Rouge sont, aussi bien sur la terre que sur l’eau, les premiers maillons de la chaîne de sauvetage. A ce titre, ils sont parfois intégrés aux dispositifs de sauvetage publics et de protection de la population.

La Suisse, en cette journée du 8 mai, souhaite également réitérer son soutien à toutes les composantes du Mouvement de la Croix Rouge et du Croissant Rouge qui comprend également le CICR et la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix Rouge et du Croissant Rouge.