La DDC soutient la réduction des risques de catastrophe dans le monde arabe

Article, 19.03.2013

Les pays arabes sont souvent confrontés à des catastrophes naturelles telles que séismes, glissements de terrain et inondations, qui font un grand nombre de victimes et d'importants dégâts matériels. Ces phénomènes ont mis en évidence la vulnérabilité croissante des villes du Moyen-Orient et du Nord de l'Afrique. Pour traiter de ce problème, des représentants d'Etats arabes et d'agences de développement se réunissent à Aqaba, en Jordanie, pour la première conférence régionale sur la réduction des risques de catastrophe dans le monde arabe. Une manifestation organisée conjointement par les autorités jordaniennes, des partenaires des Nations Unies et la DDC.

La plupart des catastrophes se produisent lorsqu'un phénomène naturel touche une zone densément peuplée dotée de capacités réduites et d'infrastructures faibles. Ces caractéristiques sont fréquentes dans les villes arabes et menacent sérieusement la sécurité de la population. Au cours des trente dernières années, plus de 37 millions de personnes ont été touchées par une catastrophe naturelle dans la région, avec à la clé d'importantes pertes financières. Ce chiffre a incité un grand nombre de pays arabes à adopter le Cadre d’action de Hyogo, un plan approuvé par l'ONU visant à développer les mesures de réduction des risques de catastrophe (RRC) dans le monde entier.

La première Conférence arabe pour la réduction des risques de catastrophe, qui s'est tenue à Aqaba, a permis de faire le point sur les stratégies et les actions mises en œuvre jusqu'ici par les 22 pays arabes ayant adhéré au Cadre d'action. Outre des ministres nationaux et des hauts fonctionnaires, elle a réuni des maires, des représentants de la société civile et d'agences internationales et des hauts fonctionnaires de l'ONU. La DDC a déployé ces dernières années des efforts considérables pour rassembler les pays arabes autour de la question de la RRC.

La Conférence a donné naissance à un forum de discussion qui favorisera les échanges entre les pays et leurs partenaires et où politiques, décideurs, universitaires et autres experts pourront régulièrement faire le point sur les progrès réalisés et sur les défis à relever. Elle a par ailleurs abouti à une déclaration arabe sur la RRC dans les villes. Les résultats de la Conférence seront présentés à la Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe qui se tiendra à Genève du19 au 23mai 2013.

La réduction des risques de catastrophe est l'une des priorités de la DDC. Lors de la séance d'ouverture de la Conférence, l'ambassadeur de Suisse en Jordanie, Michael Winzap, a évoqué l'expérience de son pays dans ce domaine, soulignant que la prévention et la réduction des risques coûtent moins cher que la gestion des conséquences d'une catastrophe. Il a également fait part de la volonté de la Suisse de partager son savoir-faire et son expérience avec les pays arabes.

La DDC a beaucoup œuvré en faveur de la RRC dans les pays arabes. A Aqaba même, elle a travaillé, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement et à la demande de la municipalité, sur un projet visant à améliorer la préparation de la ville à l'éventualité d'une catastrophe au moyen de différentes mesures: évaluation des risques sismiques, élaboration d'un plan directeur de gestion des risques, formation de 2000fonctionnaires et amélioration d'infrastructures urbaines critiques telles qu'écoles et hôpitaux. Des projets analogues doivent être mis en œuvre dans la région. Ils bénéficieront eux aussi du soutien de la DDC.