Le passage rapide à l’économie verte permettrait à des millions de personnes de sortir de la pauvreté

Article, 14.06.2012

Aujourd’hui, 1,3 milliard d’êtres humains vivent avec 1,25 dollar par jour. Le passage à une économie verte et solidaire pourrait améliorer le quotidien de nombre de ces personnes et permettrait à des millions d’entre elles de sortir de la pauvreté. Le soutien des acteurs politiques est toutefois indispensable, de même que les investissements publics et privés. Parmi les mesures nécessaires figurent des réformes en matière de gouvernance, notamment dans le domaine des droits fonciers ou de l’accès à l’eau, le développement de la protection sociale et la garantie de services sociaux pour les pauvres.

Telles sont les conclusions d’un nouveau rapport intitulé « Building an Inclusive Green Economy for All » qui a été présenté aujourd’hui par le partenariat Poverty-Environment Partnership (PEP), à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20. L’étude établit que nombre de pays en développement visent déjà une transition vers une économie fondée sur une gestion plus efficace des ressources, assortie de faibles émissions polluantes. Elle décrit en outre les politiques et les programmes qui facilitent ce changement.

PEP est un réseau regroupant des œuvres d’entraide, des banques de développement, des agences des Nations Unies et des organisations non gouvernementales. La DDC en fait également partie. En vue de réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement, les membres de ce réseau entendent traiter de manière plus efficace, dans le cadre d’efforts déployés à l’échelle internationale, les sujets sensibles relatifs à la pauvreté, à l’environnement et au climat.

Informations supplémentaires

  • Press release on the report (in english)
    télécharger (PDF, 84 KB): [en]
  • Building an Inclusive Green Economy for All! Opportunities for Overcoming Poverty and Inequality
    Joint Agency Paper!
    télécharger (PDF, 3740 KB): [en]
  • Rio+20