Il est encore possible d'empêcher une catastrophe humanitaire au Sahel

Article, 03.04.2012

Crise alimentaire en Afrique de l'Ouest

En Afrique de l'Ouest, dans la région du Sahel, la sécheresse de 2011 et les suites de la crise alimentaire de 2010 exposent plus de 10 millions de personnes à de graves pénuries de nourriture. Tirant profit de l'expérience réalisée dans la Corne de l'Afrique, la Suisse ainsi que d'autres pays donateurs ont réagi très vite pour éviter une famine.

Le Niger, le Tchad, le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Sénégal, le nord du Cameroun et le nord du Nigéria sont des pays ou régions dans lesquels des millions de personnes souffrent de la faim et de la malnutrition.

L'irrégularité des pluies en 2011 a aggravé une situation rendue incertaine par la crise alimentaire de 2010, dont les effets se font encore sentir aujourd'hui. En moins de dix ans, la région a déjà subi trois sécheresses. Celle qui sévit pour l'heure touche de plus grandes régions du Sahel que les deux précédentes et menace le bétail et la production alimentaire.

Par ailleurs, de violents affrontements au nord du Mali et le récent coupt d'Etat ont contraint plus de 210'000 personnes à quitter leur foyer; un grand nombre d'entre elles sont parties chercher refuge dans des pays voisins.

Les leçons tirées de l'expérience dans la Corne de l'Afrique

Grâce à des systèmes d'alerte précoce et forts de l'enseignement tiré de l'intervention trop tardive dans la Corne de l'Afrique, la Suisse et d'autres pays donateurs ont réagi dans les plus brefs délais, de sorte qu'il est encore possible d'empêcher une catastrophe humanitaire.

En faisant jouer son réseau de bureaux de coopération et d'experts humanitaires dans la région, la Direction du développement et de la coopération (DDC) peut utiliser efficacement le budget de CHF 14,3 millions que la Suisse a débloqué jusqu'à présent pour faire face à cette crise. En outre, la réponse humanitaire s’accompagne de mesures visant à réduire les risques de catastrophe et à renforcer la capacité d'adaptation pour les populations et les gouvernements touchés, le but étant de prévenir ou à défaut d'atténuer de nouvelles crises.

Programmes d'alimentation et de nutrition dans les écoles

Les contributions au Programme alimentaire mondial (PAM) pour ses programmes dans les écoles au Mali, au Niger et au Burkina Faso ont totalisé plus de CHF 4 millions et CHF 4 millions supplémentaires ont été donnés pour couvrir des interventions d'urgence. De plus, des organisations non gouvernementales suisses ont reçu CHF 1,5 million pour la distribution de produits laitiers suisses destinés à améliorer la nutrition. Il ne s'agit là que d'exemples parmi d'autres des contributions réalisées par la DDC.