Visite de travail à Berne de Werner Faymann, chancelier de la République fédérale d

Berne, Communiqué de presse, 07.01.2009

Le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz a accueilli aujourd'hui à Berne pour une visite de travail Werner Faymann, le chancelier de la République fédérale d'Autriche. La vice-présidente de la Confédération Doris Leuthard et la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey ont également participé aux discussions. Les délégations ont confirmé les multiples et excellentes relations qui lient l'Autriche et la Suisse.

Cette visite de travail suit la tradition qui veut que tout nouveau chancelier d'Autriche commence ses visites à l'étranger par la Suisse. Au cours de leurs discussions, le chancelier autrichien Werner Faymann et le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz ont souligné que cette tradition n'est qu'un exemple parmi tant d'autres des excellentes relations qu'entretiennent les deux pays. En organisant et en réalisant ensemble l'EURO 08, l'Autriche et la Suisse ont encore renforcé leurs liens d'amitié.

Le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz a vivement remercié l'Autriche pour son soutien durant la phase d'évaluation de la coopération mise en place pour assurer, le 12 décembre 2008, l'entrée officielle de la Suisse dans l'espace Schengen. Les deux parties ont confirmé que la Suisse et l'UE maintiennent d'étroites et bonnes relations. Le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz, la vice-présidente de la Confédération Doris Leuthard et la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey ont exprimé le souhait que la Suisse poursuive sur la voie bilatérale après la votation populaire du 8 février prochain.

La délégation suisse a souligné que le Conseil fédéral continuera d'intervenir activement en faveur de la reconduction et de l'extension de la libre circulation des personnes. En effet, le Conseil fédéral est convaincu qu'un oui de la population suisse créera pour les entreprises les conditions permettant à la Suisse de sortir rapidement de la situation économique difficile dans laquelle elle se trouve. Il entend poursuivre sa collaboration avec l'Europe par la voie bilatérale, estimant qu'un cloisonnement ne constitue pas une option pour un pays exportateur comme la Suisse.

Les deux parties ont aussi insisté sur le fait que ni l'Autriche ni la Suisse ne sont des paradis fiscaux. En effet, ni la fraude fiscale ni la soustraction d'impôt n'y sont tolérés. Le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz a réaffirmé que la Suisse est disposée, si l'UE le demande, à engager des discussions techniques visant à améliorer l'accord sur la fiscalité de l'épargne. Le système prévoyant une retenue d'impôt sur les intérêts de l'épargne versés à des ressortissants de l'UE a fait ses preuves. Selon Hans-Rudolf Merz, la Suisse a donc l'intention de conclure des accords similaires avec d'autres Etats.

Les délégations ont également échangé leurs vues sur les conséquences économiques de la crise des marchés financiers et sur les mesures qui ont été prises pour y remédier.


Informations complémentaires

Photos de la réception et de la conférence de presse


Contact

Tanja Kocher, responsable de la communication du DFF, tél. 031 322 63 01


Editeur:

Département fédéral des finances
Département fédéral des affaires étrangères
Département fédéral de l