Pourquoi la Suisse s’engage-t-elle?

La tradition humanitaire et solidaire de la Suisse est ancrée dans sa Constitution. L’ article 54 stipule quela Suisse contribue notamment à soulager les populations dans le besoin et à lutter contre la pauvreté. Cet engagement est également dans l’intérêt du pays. L’évolution politique, économique et écologique mondiale a une influence directe sur la qualité de vie à l’intérieur de nos frontières.

La Suisse ne peut pas trouver seule une solution à la pauvreté. Mais elle peut contribuer à l’atténuer, en agissant avec solidarité. Cet esprit de solidarité est ancré dans la Constitution fédérale. Il repose sur l’art. 54, al. 2, de la Constitution selon lequel la Confédération «contribue notamment à soulager les populations dans le besoin et à lutter contre la pauvreté ainsi qu’à promouvoir le respect des droits de l’homme, la démocratie, la coexistence pacifique des peuples et la préservation des ressources naturelles».

La coopération internationale fait partie intégrante de la politique étrangère et de la politique économique extérieure de la Suisse. Elle s’inscrit dans la longue tradition humanitaire de la Suisse.

La Suisse, un acteur responsable

La Suisse bénéficie grandement de la mondialisation, elle est donc appelée à en être un acteur responsable. Son succès, sa prospérité et ses valeurs, mais aussi l’influence dont elle jouit au niveau international, lui donnent la responsabilité de mettre ses forces au service du monde, au bénéfice des plus pauvres et des plus vulnérables.
Lorsque la Suisse s’engage pour la résolution des défis de notre planète, et qu’elle

soutient les pays moins privilégiés dans cette tâche, cela ne profite pas uniquement à ces pays, mais bénéficie à tous, y compris à elle-même. En ce sens, la coopération internationale relève d’une gestion responsable des défis auxquels la Suisse fait face.

Dans l’intérêt de la Suisse

La prospérité et la sécurité de la Suisse dépendent fortement de son environnement international. Des conflits armés, des crises ou des catastrophes naturelles dans d’autres régions ont par exemple des répercussions sur la Suisse, en affaiblissant l’économie mondiale et en affectant les chaînes de valeur des entreprises, en augmentant la pression migratoire ou en mettant en péril l’accès de la Suisse aux ressources naturelles.

La Suisse a donc notamment un intérêt stratégique à la paix et à la prospérité d’autres régions, car cela permet de réduire la migration de nécessité et les défis qui y sont liés, tout en capitalisant sur les avantages de la migration régulière. Pour les entreprises suisses, largement tournées vers l’extérieur, les marchés de l’avenir ne sont pas uniquement les pays industrialisés, mais toujours davantage les économies en développement d’Asie, d’Europe de l’Est, d’Afrique ou d’Amérique latine. Les ressources naturelles dont elles dépendent se trouvent également en partie dans ces pays.