Critères de coopération

La DDC sélectionne les pays dans lesquels elle est active – ou décide de mettre un terme à sa coopération – en fonction de critères bien définis. Le choix des organisations multilatérales et ONG répond également à des objectifs précis. .

Les pays prioritaires de la coopération suisse au développement font partie des pays les plus pauvres de la planète et les plus démunis sur le plan structurel. La DDC se concentre sur une vingtaine de pays et régions prioritaires. Ceux-ci sont choisis en fonction de critères d’entrée et de sortie spécifiques, tels que les besoins, la fragilité, la valeur ajoutée et le potentiel de résultats de la coopération, la volonté de réforme et de coopération des pays concernés, l’intérêt réciproque à la coopération ou encore la présence d’autres bailleurs.

La coopération à la transition en Europe de l’Est et en Asie centrale bénéficie à des pays non membres de l’Union européenne, qui ont connu dans le passé des régimes communistes et qui témoignent aujourd’hui d’une volonté de réforme. Dans ce cas, la DDC coordonne ses interventions de coopération avec le SECO.

Liste des pays prioritaires
Engagement dans les Etats fragiles

Une aide d’urgence est, elle, accordée lorsque les besoins humanitaires sont importants et qu’un grand nombre de personnes se retrouvent en situation de détresse existentielle à la suite d’une crise, d’un conflit armé, d’une catastrophe naturelle ou technique ou encore d’une épidémie. Le constat que les capacités locales, nationales et régionales font défaut ou ne suffisent pas à surmonter les crises et leurs conséquences peut aussi justifier une action humanitaire.

Priorités de l’Aide humanitaire

Thèmes prioritaires

La coopération internationale de la Suisse concentre ses interventions sur une série de thèmes et de domaines prioritaires, où des résultats probants ont pu être obtenus dans le passé et pour lesquels l’expertise des acteurs suisses peut être valablement mise à profit.

En ce qui concerne les thèmes liés aux défis globaux, la DDC renforcera son engagement dans les domaines suivants durant les années à venir: changement climatique et environnement, eau, sécurité alimentaire, santé et migration. Dans les pays en développement spécifiquement, un accent sera mis sur l’éducation, la formation professionnelle et l’accès à l’emploi, la gestion des situations de fragilité ainsi que le développement économique. Les thématiques du «genre» et de la «gouvernance» font l’objet de projets spécifiques, autant qu’elles sont considérées comme transversales.

Des partenariats choisis

En soutenant plusieurs organisations multilatérales, la Suisse peut consolider ses réseaux internationaux tout en augmentant la portée de son action. Elle sélectionne les organisations avec lesquelles elle collabore sur la base de quatre critères:

  • les intérêts de la Suisse en matière de politique étrangère et d'économie,
  • l'importance des organisations du point de vue de la politique suisse en matière de développement et d’aide humanitaire,
  • les résultats obtenus par les organisations soutenues,
  • la possibilité qu’elle a d'influer sur la politique et les stratégies choisies par les organisations.

Coopération multilatérale

En ce qui concerne les organisations non gouvernementales, la Suisse octroie d’une part des contributions de projets et d’autre part des contributions de programmes dans le cas de partenariats institutionnels. Les contributions sont conditionnées par un examen des compétences des organisations et la pertinence de leurs projets et programmes.

Critères pour la coopération avec des ONG suisses