Une évaluation indépendante confirme l’utilité des partenariats et identifie le potentiel d’optimisation

Article, 19.10.2017

Les partenariats avec les organisations non gouvernementales suisses (ONG) sont d’une importance cruciale pour la coopération au développement et l’aide humanitaire de la Suisse. Telle est la conclusion d’une évaluation indépendante commandée par la Direction du développement et de la coopération (DDC) qui consiste à vérifier les résultats obtenus et à mesurer le potentiel d’optimisation en vue de consolider les partenariats institutionnels.

Plusieurs personnes occupées à tisser
L’engagement des ONG suisses contribue grandement à réaliser les objectifs de la coopération internationale. © DDC

La DDC contrôle régulièrement l’efficacité de ses programmes et de ses mesures, au moyen d’évaluations qui lui permettent d’identifier les adaptations à entreprendre. D’après le rapport d’évaluation publié le 19 octobre 2017, la collaboration avec les ONG a notamment contribué au renforcement institutionnel et thématique de ces organisations et partant, à la réalisation des objectifs de la coopération internationale. Pour l’équipe de la société britannique IOD Parc chargée de procéder à l’évaluation, l’optimisation consisterait surtout à donner aux partenariats une orientation stratégique plus claire, en conformité avec les objectifs de l’Agenda 2030, à simplifier le processus de compte rendu sur les effets obtenus conjointement et à revoir les procédures d’admission pour les ONG. 

Dans l’avis qu’elle a présenté hier aux organisations partenaires, la direction de la DDC a réagi favorablement aux résultats et aux recommandations énoncés dans le rapport : les objectifs de cette évaluation, à savoir évaluer la pertinence des partenariats et à améliorer l’échange de savoir-faire, ont été atteints. « Les recommandations sont des instruments utiles, qui permettent de consolider la collaboration avec nos partenaires », a déclaré le directeur de la DDC, Manuel Sager. Selon lui, l’engagement des ONG suisses contribue grandement à réaliser les objectifs de la coopération internationale et de l’aide humanitaire, notamment parce qu’il permet de faciliter l’accès à des ressources comme l’eau ou la terre, d’améliorer l’éducation et la santé, de promouvoir les droits de l’homme, d’encourager la justice sociale et de contribuer à la prévention des catastrophes et à la résolution des conflits. 

La mise en œuvre des recommandations passe par l’élaboration d’un nouveau cadre stratégique qui prendra en compte le besoin croissant de nouer différents partenariats, en vue de résoudre ensemble les problèmes