Construction de réseaux décentralisés d’adduction d’eau et d’assainissement en République de Moldavie

Projet terminé

En Moldavie, l’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires est difficile, surtout dans les zones rurales. Un projet de construction de réseaux décentralisés d’adduction d’eau et d’assainissement (ApaSan), soutenu par la DDC, contribue à améliorer la qualité de vie et la santé dans les campagnes.

Pays/région Thème Période Budget
Moldova
Eau
Santé
Eau potable et Services d'assainissement de base (WASH) (til 2016)
Maladies infectieuses
Politique du secteur de l’eau
01.06.2011 - 31.05.2015
CHF 8'300'000

Alors que la proportion des personnes ayant un accès direct à l’eau potable augmente dans le monde, la Moldavie, depuis l’effondrement du bloc soviétique, connaît une tendance contraire. Les installations d’eau potable et de traitement des eaux usées manquent en zone rurale. Les infrastructures existantes, qui datent de l’époque soviétique, sont aujourd’hui obsolètes.

Accès à l'eau

En raison des conditions précaires d’approvisionnement, de nombreux villages puisent leur eau dans des sources peu profondes, à ciel ouvert. La contamination de l’eau de boisson et le manque d’hygiène provoquent souvent des maladies, notamment chez les enfants. 70% de la population rurale n’a pas d’arrivée d’eau et ne dispose ni de toilettes à chasse d’eau, ni de douche, ni d’eau courante.

Responsabilité des gouvernements régionaux

Le développement du pays passe par la généralisation de l’accès à de l’eau propre et à des systèmes d’assainissement adaptés. La stratégie nationale d’approvisionnement en eau, lancée par le gouvernement en 2007, prévoit pour ce faire une décentralisation administrative. Les gouvernements régionaux organiseront l’adduction et l’assainissement de l’eau de manière autonome et efficace. Il est prévu de mettre en place, avec le soutien de l’Etat, des réseaux d’approvisionnement en eau potable et des systèmes d’épuration utilisant l’eau des sources locales.

La contribution suisse

La Suisse encourage ces efforts du gouvernement, dans une optique de développement durable et d’efficacité des coûts. Le projet ApaSan, que la DDC finance depuis 2009, aide les institutions locales à se doter de nouveaux systèmes de gestion de l’eau et à relier les villages qui n’y ont pas accès à un réseau d’adduction. A cet effet, la DDC ne collabore pas seulement avec des autorités locales, mais également avec la société civile et le secteur privé. ApaSan fait suite au programme WatSan (Water and Sanitation) que la DDC a réalisé de 2001 à 2008 dans le cadre de son aide humanitaire à la République de Moldavie. Ce programme a permis à la DDC de prouver que la mise sur pied de réseaux décentralisés d’adduction d’eau et d’assainissement et la construction de stations d’épuration locales en zone rurale constituaient une solution durable. C’est pourquoi en 2009, WatSan a été intégré au programme de développement ApaSan.

Un rôle important pour la société civile et les autorités locales

Le projet ApaSan a pour but de mettre sur pied des systèmes d’approvisionnement en eau dans les villages, les coûts étant en partie pris en charge par la commune, l’administration régionale et les futurs usagers. La décision de la DDC de confier l’exploitation et la maintenance des réseaux d’adduction et d’assainissement de l’eau à des coopératives d’usagers s’est avérée judicieuse. Parallèlement, la DDC soutient la construction de stations d’épuration, destinées notamment aux écoles et autres institutions sociales.
Développer dans tout le pays des systèmes décentralisés de gestion de l’eau nécessite d’élaborer des solutions et modèles innovants. Actuellement, la DDC travaille avec le gouvernement moldave, la Banque mondiale, l’UE et l’agence autrichienne du développement et de la coopération (OEZA) à l’élaboration de modèles porteurs susceptibles d’être mis en place dans d’autres régions du pays. Il est important de former les autorités locales et la société civile, afin qu’elles puissent exploiter les réseaux d’adduction et d’assainissement de l’eau de manière efficace, durable et autonome.

De l'eau propre pour 8300 personnes

Les objectifs à long terme de la DDC prévoient que d’ici à 2025, les autorités locales, assistées de la société civile, soient en mesure de fournir de l’eau propre et des stations d’épuration en bon état de fonctionnement à tous les habitants des zones rurales. Depuis le début du projet en 2009, plus de 8300 personnes (2400 ménages) des zones rurales de Moldavie ont obtenu l’accès à l’eau potable et aux installations d’assainissement. En outre, en ce qui concerne la gestion des eaux usées dans les écoles et les institutions sociales, 1640 personnes bénéficient de nouvelles stations d’épuration et 2840 de nouvelles toilettes.