Relations bilatérales Suisse–Iran

La Suisse et l’Iran entretiennent de bonnes relations diplomatiques et se rencontrent régulièrement pour des consultations politiques. La Suisse représente, en tant que puissance protectrice, les intérêts des États-Unis en Iran.

Points clés des relations diplomatiques

Des consultations politiques sont régulièrement organisées à Berne et à Téhéran. Depuis 1980, la Suisse représente les intérêts des États-Unis en Iran et, depuis 1979, ceux de l’Iran en Égypte. En 2017, des accords ont été signés pour assurer la défense des intérêts iraniens en Arabie saoudite et inversement.

Lors de la visite d’État du président de la Confédération Johann Schneider-Ammann à Téhéran en 2016, une feuille de route portant sur l’approfondissement des relations bilatérales a été signée. Les deux pays ont conclu des accords sur le trafic aérien (1954, 1972 et 2004), le transport terrestre (1977 et 2018), la garantie contre les risques à l’exportation (1966), la protection des investissements (1998) et la double imposition (2002). Un accord commercial bilatéral est en vigueur depuis avril 2017.

Banque de données des traités internationaux

Sanctions adoptées par la Suisse à l'encontre de la République islamique d'Iran

Coopération économique

Les relations économiques entre la Suisse et l’Iran sont traditionnellement bonnes. Néanmoins, l’incertitude engendrée par le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran place l’industrie exportatrice suisse face à des défis. Les secteurs bancaire et financier, en particulier, font preuve d’une grande réserve vis-à-vis de l’Iran.

La Suisse applique les sanctions internationales juridiquement contraignantes de l’ONU et s’aligne, dans certains cas, sur les sanctions prises unilatéralement par ses principaux partenaires commerciaux, dont l’UE.

Soutien commercial, Switzerland Global Enterprise SGE

Informations par pays, Secrétariat d’État à l’économie SECO

Coopération en matière d’éducation, de formation, de recherche et d’innovation

Les universités suisses et les écoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich jouissent d’une bonne réputation auprès des étudiants iraniens.

Les chercheurs et artistes d’Iran peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) pour obtenir des bourses d’excellence de la Confédération suisse.

Bourses d’excellence de la Confédération suisse pour chercheurs et artistes étrangers

Coopération au développement et aide humanitaire

La Suisse a fourni une aide d’urgence et contribué à reconstruire les infrastructures après les graves séismes de 1997, 2003 et 2012, et les inondations de 2018.

Les Suissesses et les Suisses en Iran

En 2018, 214 ressortissants suisses résidaient en Iran.

Echanges culturels

Les deux pays entretiennent des échanges culturels réguliers. Plusieurs musées suisses ont reçu en prêt d’importantes œuvres de collection en provenance d’Iran.

Historique des relations bilatérales

Au 17e siècle déjà, des horlogers suisses se sont établis dans l’Empire perse. Les relations économiques se sont intensifiées au 19e siècle.

À partir du 20e siècle, les Iraniens arrivèrent en Suisse comme touristes, réfugiés ou étudiants.

En raison de sa neutralité, la Suisse a représenté les intérêts des pays les plus divers en Iran. Elle a également représenté les intérêts de l’Iran dans plusieurs affaires. Plus récemment, en 2017, elle a été investie de mandats de puissance protectrice pour représenter les intérêts, avant tout en matière consulaire, de l’Arabie saoudite en Iran et inversement.

En 1873, les deux pays ont signé un traité d’amitié et de commerce, en 1934 un traité d’amitié et une convention d’établissement. La Suisse a ouvert un consulat à Téhéran en 1919 et y maintient une ambassade depuis 1936.

Iran, Dictionnaire historique de la Suisse