Filippo Grandi, haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, en visite à Berne

Communiqué de presse, 02.06.2016

A l’heure actuelle, le monde recense plus de 60 millions de personnes qui sont forcées à l’exil en raison des nombreux conflits et crises humanitaires. Beaucoup sont assistées par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Le Haut-Commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a été reçu jeudi, à Berne, par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le secrétaire d’Etat du DFAE, Yves Rossier. La visite a été l’occasion de faire le point sur les relations entre la Suisse et le HCR, ainsi que sur les principaux défis du moment.

Lors de leur rencontre, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi ont notamment évoqué la situation en Turquie, où la Suisse cofinance depuis des années le programme du HCR destiné à aider les réfugiés sur place et à apporter un appui aux autorités turques. Par ailleurs, ils se sont tous deux félicités des propositions de la Commission européenne visant à développer le système d’asile européen. Selon eux, un système dans lequel tous les Etats prennent leur part de responsabilité est nécessaire.

Mme Sommaruga a souligné la qualité de la coopération avec le HCR en ce qui concerne les projets de réinstallation (resettlement). Après que la Suisse a accepté de participer volontairement à l’effort de réinstallation, plus de 1000 personnes issues de la région en crise périphérique de la Syrie ont rejoint la Suisse jusqu’à début juin. Quelque 500 autres suivront d’ici à la fin de l’année. La Suisse soutient également le HCR en Grèce. L’année dernière, elle a financé à hauteur de 500'000 francs les activités du HCR en matière d’accueil et de prise en charge des migrants. Par ailleurs, le Corps suisse d’aide humanitaire (CSA) a envoyé sur place plusieurs experts. Leur mission consiste en premier lieu à mettre en place des installations pour les migrants.

Consternation face aux tragédies humaines

M. Grandi et Mme Sommaruga se sont également entretenus de la situation actuelle en Méditerranée centrale. Ils se sont déclarés consternés par les tragédies humaines qui se jouent en Libye et en Méditerranée, estimant que l’Europe doit faire davantage encore pour éviter de tels drames. Comme l’a indiqué Mme Sommaruga, la Suisse est prête à soutenir des projets sur place en Libye. Bien que la situation y reste très difficile en raison de l’instabilité politique, la Suisse participe actuellement à un projet de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui aide les réfugiés particulièrement vulnérables ou placés en détention, en cas de retour volontaire dans leur pays d’origine.

La Suisse maintient un dialogue régulier avec le HCR tant au niveau des organes de gouvernance que par l'intermédiaire des bureaux de coopération de la DDC et des rencontres bilatérales avec le siège du HCR. En plus des experts du CSA, l’agence compte en son sein 57 collaborateurs et collaboratrices suisses.

Entretien avec le secrétaire d’Etat du DFAE, Yves Rossier

A Berne, le haut-commissaire Filippo Grandi a également rencontré des représentants du DFAE. Durant leur entretien, le secrétaire d’Etat Yves Rossier et le haut-commissaire Filippo Grandi ont abordé plusieurs sujets: la crise des réfugiés en Méditerranée, dans les Balkans, en Syrie et en Irak. Depuis le déclenchement de la crise en 2011, la Suisse a consacré 250 millions de francs à l’aide humanitaire en Syrie et dans les pays voisins, dont 50 millions pour l’année 2016. Les deux hommes ont également discuté des suites du Sommet humanitaire mondial qui a eu lieu la semaine dernière à Istanbul, où le conseiller fédéral Didier Burkhalter avait lancé un appel pour un engagement en faveur des personnes en détresse. Pour la Suisse, la rencontre a été l’occasion de réitérer son soutien à l’un de ses principaux partenaires humanitaires.

Entré en fonction il y a tout juste cinq mois, Filippo Grandi a remercié la Suisse pour son appui. En plus de ses contributions financières, la Suisse met aussi à disposition de l’agence onusienne des spécialistes du Corps suisse d’aide humanitaire (CSA) pour assurer entre autres la protection des civils, leur accès à l’eau et à l’assainissement ainsi qu’à un abri. L’an dernier, ils étaient 24 experts à travailler au service du HCR.

A l’heure où le nombre de personnes déplacées de force a dépassé les 60 millions à travers le monde, le budget global du HCR n'a été financé qu'à hauteur d’environ 50% l’an dernier. Préoccupé par ce décalage entre besoins humanitaires et moyens à disposition, Filippo Grandi a également précisé que les opérations de l’agence se déroulent dans des contextes de plus en plus difficiles et dangereux. Il a aussi évoqué les programmes du HCR en réponse à la crise syrienne et l'impact grandissant de celle-ci sur les pays voisins, qui accueillent aujourd'hui plus de 4,8 millions de réfugiés syriens.
 
De son côté, Yves Rossier a mentionné que la Suisse entend renforcer le dialogue avec le HCR sur le terrain, avec une attention particulière sur la violence basée sur le genre ainsi que sur la protection des enfants. Avant d’être reçu par le secrétaire d’Etat, M. Grandi s’est entretenu avec plusieurs représentants du DFAE, dont le directeur de la Direction du développement et de la coopération, Manuel Sager, et le délégué du Conseil fédéral à l’aide humanitaire, Manuel Bessler, ainsi que le chef de la Mission permanente de la Suisse auprès des organisations internationales, Alexandre Fasel.


Informations complémentaires

UNHCR - Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés
Syrie: Reconstruire au-delà de l’urgence
Des humanitaires suisses actifs sur les îles grecques


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères
Département fédéral de justice et police