Le conseiller fédéral Didier Burkhalter prend part au sommet anti-corruption organisé à Londres

Berne, Communiqué de presse, 11.05.2016

A l’invitation du premier ministre britannique David Cameron, le conseiller fédéral Didier Burkhalter participera ce jeudi 12 mai 2016 à Londres au sommet contre la corruption (Anti-Corruption Summit). Dans le domaine de la prévention de la corruption et de lutte anticorruption, la Suisse se concentre, entre autres mesures, sur la modification des conditions favorisant la corruption. L’amélioration de la formation et la plus grande implication de la population dans les décisions politiques peuvent, selon elle, constituer des outils efficaces contre ce phénomène.

La corruption peut mettre en péril la stabilité politique de pays ou de régions, sans compter qu’à la faveur des nouvelles technologies, il en émerge de nouvelles formes. Le sommet anticorruption, qui se tiendra ce jeudi à Londres à l’invitation du premier ministre britannique David Cameron, sera l’occasion de partager des expériences et de discuter des mesures en matière de lutte contre la corruption, l’objectif étant de sensibiliser l’opinion internationale aux risques que représentent ces évolutions à l’échelle planétaire. La conférence doit aboutir à une déclaration résumant les priorités d’un agenda mondial de lutte contre la corruption.

La Suisse considère que la lutte contre les causes de la corruption, autrement dit les conditions propices à celle-ci, est une priorité. Dans le cadre de la coopération internationale, elle apporte donc son soutien à des projets qui favorisent la décentralisation, renforcent la participation de la population aux décisions politiques et améliorent les possibilités de formation. Des changements structurels de cette nature peuvent se révéler des outils anti-corruption efficaces.
La Suisse déploie d’autres mesures en matière de lutte contre la corruption : elle a ainsi mis sur pied, à travers la loi sur les avoirs de potentats, un dispositif efficace ayant recueilli un large écho sur la scène internationale. Grâce à ce système, les valeurs patrimoniales que des personnes politiquement exposées à l’étranger se sont appropriées par la corruption ou par d’autres crimes et ont détournées vers des places financières hors de leur Etat d’origine peuvent être bloquées intégralement, confisquées puis rapatriées.

Dans le cadre onusien également, la Suisse se mobilise en faveur de la lutte anti-corruption : elle endosse en particulier un rôle de premier plan dans la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC). Elle est en outre invitée à participer à la réunion de cette année du groupe de travail anticorruption du G20 (G20 Anti-Corruption Working Group ACWG).


Informations complémentaires

DFAE: Corruption


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères