Interdiction des armes nucléaires: la Suisse souhaite que les négociationssoient axées sur la recherche de consensus et l'inclusion de tous les acteurs

Communiqué de presse, 28.10.2016

La Suisse s’engage activement au niveau multilatéral pour l'instauration, à long terme, d'un monde exempt d'armes nucléaires. Pour atteindre l'effet positif voulu en matière de désarmement nucléaire, il faut qu'un maximum d'acteurs soutienne l'interdiction des armes nucléaires. Cependant, la résolution portant sur le lancement des négociations pour aboutir à une telle interdiction ne contient pas de règles concernant la recherche de consensus dans le cadre des futures négociations. C’est pourquoi la Suisse s'est abstenue lors du vote au sein de la Commission du désarmement de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Le 27 octobre 2016 à New York, la Commission du désarmement de l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution portant sur le lancement de négociations relatives à une interdiction des armes nucléaires. Contrairement aux armes biologiques et chimiques, les armes nucléaires ne font l'objet d'aucune interdiction. La Suisse reconnaît qu'il s'agit d'une lacune dans le droit international public. Elle est d'avis que des instruments juridiques supplémentaires sont nécessaires pour mettre en œuvre l'obligation de désarmement découlant du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

Pour la Suisse, il est crucial que le processus de négociation soit inclusif et que l'interdiction des armes nucléaires soit soutenue par le plus grand nombre d'États possible. En effet, l'efficacité d'une telle interdiction sera bien plus importante si cette dernière est également appuyée par des États qui disposent actuellement de l'arme nucléaire. La Suisse avait ainsi fait des propositions concrètes pour des mécanismes de décision axés sur le consensus, et demandé une participation la plus large possible des acteurs au processus de négociation.

Puisque le texte présenté pour adoption ne faisait aucune référence à ces éléments, la Suisse s'est abstenue – une position qu’elle a expliquée à l’issue du vote.

La Suisse participera aux négociations, qui commenceront en 2017, avec le but de jeter des ponts et d'éviter de polariser davantage la communauté internationale. Elle défend une politique de désarmement nucléaire qui apporte une solide contribution à la sécurité en favorisant le désarmement progressif et en contribuant à l'amélioration de la stabilité dans le monde.

La Suisse continuera à se mobiliser activement pour que des progrès concrets et durables soient réalisés sur la voie d'un monde exempt d'armes nucléaires. L'une des priorités de l'engagement helvétique est la réduction des risques liés aux armes nucléaires, notamment la réduction de la disponibilité opérationnelle des armes nucléaires (pour un abaissement du niveau d'alerte). Elle encourage aussi les approches coopératives en matière de vérification de la mise en œuvre du désarmement nucléaire. La Suisse a soumis à la Commission du désarmement une résolution sur ce sujet, soutenue par plusieurs pays de différentes régions.


Prise de position de la Suisse(pdf, 38kb)


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères