La Suisse et le PAM concluent un accord de 611'292'825 francs CFA pour prévenir l’insécurité alimentaire et nutritionnelle chez des populations vulnérables dans le Nord du Bénin et renforcer la production agricole locale pendant la crise de COVID-19.

Communiqué de presse, 22.07.2020

La Coopération suisse au Bénin vient d’approuver un projet élaboré par le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM) pour lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables du Bénin. Financé à hauteur d’un million de francs Suisse, soit environ 611'292'825 francs CFA, ce projet s’étend de Juillet 2020 à Décembre 2021 et profitera à plus de 25'500 personnes. Les enfants de 6 à 59 mois, les femmes en âge de procréer, et les petits producteurs agricoles sont les cibles prioritaires. Le budget du projet est un crédit additionnel au budget global annuel de la Coopération suisse au Bénin porté désormais à 21 millions de francs suisse pour cette année.

Le Directeur Résident a.i. de la Coopération Suisse au Bénin, M. Björn SCHRANZ et le Directeur Pays & Représentant Résident de PAM Bénin-Togo lors de la signature de l'accord au Bureau de la Coopération suisse à Cotonou
Le Directeur Résident a.i. de la Coopération Suisse au Bénin, M. Björn SCHRANZ et le Directeur Pays & Représentant Résident de PAM Bénin-Togo lors de la signature de l'accord au Bureau de la Coopération suisse à Cotonou © DDC Benin

La signature de l’accord s’est déroulée ce mercredi 22 juillet 2020 au Bureau de la Coopération suisse à Cotonou entre M. Björn SCHRANZ, Directeur Résident a.i. de la Coopération suisse au Bénin et     M. Guy ADOUA OYILA, Représentant Résident du PAM Bénin/Togo, en présence des représentants du Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération et du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. 

Selon le Directeur Résident a.i. de la Coopération Suisse au Bénin, « le projet conclu est un projet intelligent qui vise à maintenir les efforts et les dynamiques de développement dans une situation de crise humanitaire, en faisant le pont entre la production agricole locale et le Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (PNASI) ». Il sera exécuté dans les zones d’intérêt stratégique pour la Suisse et de convergence des actions du Système des Nations Unies. Il s’agit spécifiquement des départements de l’Alibori et du Borgou qui cumulent les taux élevés d’insécurité alimentaire, de malnutrition et de pauvreté. Les petits exploitants de l’agriculture familiale qui font partie des principales victimes des conséquences de cette pandémie seront ciblés. De plus, les ménages très pauvres qui vivaient déjà des situations précaires et qui subissent en plus la pression de la saison de soudure et les éventuels impacts négatifs de la COVID-19 seront ciblés par des activités d’assistance alimentaire

« En reliant la production locale aux cantines scolaires, nous donnons beaucoup plus de sens à ce programme dont les impacts positifs se ressentent non seulement au niveau des enfants mais aussi au niveau de toute la communauté » a déclaré M. Guy ADOUA OYILA. Pour le Représentant Résident du PAM, le soutien financier de la Coopération suisse est un élément très important pour le succès du programme d’alimentation scolaire. Tout en permettant d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages vulnérables des zones ciblées par une assistance alimentaire et nutritionnelle adaptée et une éducation nutritionnelle, le projet contribuera aussi au renforcement des revenus et à la résilience des petits producteurs en soutenant leurs capacités d’accès au marché en tant que fournisseurs des aliments pour les cantines scolaires. « L’appui alimentaire qui sera apporté aux groupes vulnérables sera déterminant car nous devons tout mettre en œuvre pour qu’ils ne basculent pas en phase de crise liée à des facteurs tels que les inondations et la crise sanitaire actuelle. »

Les analyses indiquent que les principales causes de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin sont la pauvreté, le manque d’accès à des aliments nutritifs et les connaissances limitées des chefs de ménage en bonnes pratiques nutritionnelles. Et les mêmes départements qui connaissent déjà un taux de malnutrition chronique ou d'insécurité alimentaire élevés pourraient être particulièrement vulnérables à l’impact de la crise du COVID-19, qui en perturbant les marchés et en affaiblissant les revenus des populations déjà pauvres, risque fortement de diminuer la disponibilité et l’accès à une nourriture saine et nutritive. 

En cette période de pandémie mondiale, le PAM et la Suisse augmentent leurs efforts pour renforcer le PNASI financé par le Gouvernement et mis en œuvre dans 3’851 écoles réparties dans les 12 départements et les 77 communes du Bénin. Le PAM entend saisir cette opportunité pour étendre ses projets de soutien à la production locale afin de garantir un modèle durable d’alimentation scolaire à travers l’approche « Home grown school feeding ». Le projet soutiendra les capacités de commercialisation des petits exploitants agricoles du nouveau Programme d’Appui au Secteur du Développement Rural (PASDeR) de la Coopération suisse au Bénin, qui fourniront de vivres de bonne qualité produits localement pour les cantines scolaires. Le PASDeR, dont la troisième phase d’un budget global de 10 millions de francs suisse vient d’être lancée, est exécuté en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et les organisations paysannes.

*                    *                    *

Présente au Bénin depuis plus de 40 ans, la Coopération suisse représente la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) de la Suisse, structure fédérale en charge de la coopération internationale de la Confédération Suisse. La Coopération suisse au Bénin a pour mission d’accompagner et de promouvoir les efforts de développement du gouvernement et de la population béninoise. Elle développe ses activités dans trois domaines stratégiques d’appui que sont :

  • le développement économique rural,
  • l’éducation de base et la formation professionnelle,
  • la gouvernance locale / décentralisation.

Des thèmes transversaux tels que la jeunesse, la croissance démographique, le changement climatique et la migration, la Gestion de Programme Sensible aux Conflits (GSPC) complètent les activités de la DDC au Bénin.

Le PAM est la première agence humanitaire mondiale pour la lutte contre la faim dans le monde en fournissant une aide alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer la nutrition et renforcer la résilience. Chaque année, le PAM aide à peu près 80 millions de personnes dans environ 80 pays.

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

  • Hadja Moudjibatou Bouraïma, Responsable communication, Bureau de la Coopération suisse au Bénin, Mob : +229 97 48 22 06
  • Makéba Tchibozo, Chargée de communication, Bureau PAM/Bénin, Mob :