BAD/FAD: Banque africaine de développement / Fonds africain de développement – Core Contribution


Le mandat de la Banque africaine de développement (BAD) et du Fonds africain de développement (FAD) consiste à promouvoir un développement économique et un progrès social durables en Afrique, en contribuant à la bonne gouvernance et au développement du secteur privé et des infrastructures, de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle. La Suisse soutient le FAD depuis sa fondation en 1972 et en est membre depuis 1982.

Pays/région Thème Période Budget
Afrique
Autre
Secteur non spécifié
01.05.2014 - 31.12.2023
CHF 207'759'519

Le FAD est l’instrument de financement concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Il encourage le développement économique et social de 39pays africains à faible revenu par l’octroi de subventions et de prêts à taux réduit. Il fournit également de l’assistance technique et s’emploie à consolider compétences et savoir-faire locaux. Depuis 2008, le FAD consacre des fonds spécifiques à des Etats fragiles et à des projets régionaux.

Thèmes

La nouvelle stratégie décennale de la BAD et du FAD (2013–2022) définit les deux priorités suivantes: réaliser une croissance plus inclusive et évoluer vers une croissance verte, dans le but de réduire la pauvreté et de réaliser un développement économique respectueux de l’environnement. Cinq priorités opérationnelles ont été fixées dans cette optique:

  1. Augmenter de manière significative les investissements dans les infrastructures
  2. Faire progresser l'intégration économique régionale
  3. Faciliter les investissements dans le secteur privé et soutenir les entreprises
  4. Renforcer la gouvernance publique
  5. Améliorer l'offre de travailleurs qualifiés en développant la formation des jeunes

Résultats Développement du secteur privé

Soutenir les petites entreprises et les entrepreneurs est un moyen efficace de lutter contre la pauvreté et de réaliser une croissance inclusive. De 2010 à 2012, la BAD et le FAD ont soutenu la création de près de 75000micro-entreprises et ont dispensé des formations à la gestion d’entreprise à près de 400000clients du secteur de la microfinance

Engagement de la Suisse

Priorités de la Suisse

Au sein des différents organes (Conseil des gouverneurs et Conseil d’administration), la Suisse influence la manière dont la Banque met en œuvre sa stratégie de lutte contre la pauvreté et en assure le suivi (notamment en veillant à ce que les mesures prises soient concrètes et mesurables); elle met par ailleurs l’accent sur le contrôle et l’assurance de la qualité des programmes. La Suisse, l’Allemagne et le Portugal, qui font partie du même groupe de vote, collaborent étroitement et ont donc défini une série d’objectifs communs.

Les priorités de la Suisse sont les suivantes:

  • les Etats fragiles;
  • l'efficacité du développement et la gestion axée sur les résultats;
  • l'égalité des sexes;
  • le climat et la croissance verte;
  • la pauvreté et l'impact des activités du secteur privé sur le développement.

En mettant l’accent sur ces problématiques, la Suisse se dote d’un profil clair reflétant ses compétences. Cette démarche accroît son influence et lui permet également d’améliorer la transparence et la prévisibilité de la BAD et du FAD.

Résultats L'égalité des sexes dans le domaine du développement

En commentant une évaluation de la dimension sexospécifique des projets de la BAD, la Suisse a contribué activement à l’élaboration d’une nouvelle stratégie sur le genre (2013–2016) de la Banque. Elle a aussi, parmi d'autres, favorisé la nomination d'une envoyée spéciale sur les questions de genre en novembre 2013.

Défis

La BAD et le FAD ont à cœur de renforcer l’impact de leur action en augmentant l’efficacité de leurs projets et en développant leurs ressources humaines. En outre, la BAD est de plus en plus focalisée sur les progrès réalisés dans le domaine du développement. Parmi les défis qui l'attendent figure son retour de Tunis à Abidjan, en Côte d'Ivoire, prévu en 2013–2014.

Informations supplémentaires